+33 (0)5 33 06 10 13

Objet de votre demande

Informations personnelles

Menu
+33 (0)5 33 06 10 13
36 Bis Rue Poquelin Molière
33000 Bordeaux
+33 (0)5 33 06 10 13
36 Bis Rue Poquelin Molière
33000 Bordeaux
Horaires
Du lundi au vendredi
De 9h30 à 12h et de 14h à 18h
Contactez-moi
Sharon E Wilson Dutin LLB Téléphone+33 (0)5 33 06 10 13
adresse36 Rue Poquelin Molière
33000 Bordeaux

Honoraires du cabinet d’avocat Sharon E. Wilson-Dutin

Maître Sharon E. Wilson-Dutin fixe ses honoraires au sein de son cabinet d’avocat au Barreau de Bordeaux en accord avec son client. Elle commence par discuter de l’affaire avec ce dernier, et en déduit les éléments essentiels à traiter. Elle décide ensuite des moyens stratégiques et techniques à adopter pour une meilleure prise en charge du dossier, et définit finalement la convention d’honoraires applicable à la situation. Elle informe son client du tarif définitif, et établit la convention d’honoraires, dès que ce dernier est d’accord avec la rémunération proposée. Sont mentionnés dans ce document : le coût de l’intervention de l’avocat, le moyen de paiement, et les modalités de rétribution.
 

La rémunération de l’avocat

Son expérience, sa notoriété, ses domaines d’expertise et la nature de l’affaire sont les premiers éléments à être pris en considération par l’avocat pour la fixation de ses honoraires. Mais comme son objectif est de rendre service également à ceux qui sont dans le besoin, elle tient compte de la situation financière de son client avant d’établir ses tarifs.
Pour agir en toute transparence, Maître Sharon E. Wilson-Dutin détaille tous les aspects du dossier lors du premier rendez-vous. En fonction des besoins, elle intègre dans ses comptes les coûts rattachés aux recherches documentaires. Cependant, les frais de déplacement et la rémunération des experts judiciaires et médicaux ne font pas partie des honoraires.

La rémunération de l’avocat
 

Les conventions d’honoraires

Avocat à Bordeaux, Maître Sharon E. Wilson-Dutin ne facture pas les affaires simples au même tarif que les dossiers très complexes. La convention d’honoraires qu’elle établit dépend donc du type de dossier qui lui est confié.
 

Au temps passé

Lorsque l’avocat choisit d’être rémunéré au temps passé, elle comptabilise toutes les heures qu’elle consacre au traitement de l’affaire. Une fois sa prestation terminée, elle effectue une multiplication du nombre total des heures travaillées avec le taux horaire convenu avec son client au tout début.
 

Au forfait

Pour un système de rémunération au forfait, l’avocat convient des honoraires fixes avec son client pour l’intégralité de ses prestations. La somme convenue à cet effet est définitive et ne peut pas être renégociée. Si les services de l’avocat sont encore nécessaires pour une intervention supplémentaire, les deux parties doivent discuter d’une rétribution en sus.
 

Au résultat

La convention d’honoraires de résultat est un système de rémunération établi en complément des honoraires au temps passé ou forfaitaire. Dans ce contexte, le client doit verser une somme supplémentaire à son avocat si la procédure judiciaire relative au dossier s’avère être un succès particulier.

Les conventions d’honoraires
 

La contestation des honoraires

Il est possible pour le client de contester les honoraires de l’avocat. Par exemple, si ces derniers diffèrent de ceux auxquels les parties se sont mises d’accord, ou si le client estime qu’ils ne correspondent pas au travail effectué. Pour manifester ainsi sa contestation, il peut saisir le Bâtonnier de l’Ordre des Avocats par lettre recommandée avec avis de réception.

Le Bâtonnier, après réception du courrier recommandé, dispose de quatre mois pour examiner la contestation et se prononcer sur la demande. Il peut convoquer les deux parties à des entretiens individuels afin de proposer un arrangement pouvant convenir à chacune des parties. Si un accord a lieu entre le client et l’avocat, la procédure arrive à sa fin. Dans l’hypothèse contraire, le Bâtonnier statue en rendant une décision.

Cependant, une contestation de la décision du Bâtonnier est possible dans un délai d’un mois par le biais du dépôt d’une requête devant le Premier Président de la Cour d’Appel du domicile du client.